StorAIge

Le projet de recherche industriel storAIge a été labellisé fin 2020 dans le cadre du programme européen ECSEL/H2020. Son principal objectif est le développement et l’industrialisation de la prochaine génération de systèmes embarqués. Outre le développement et l’industrialisation des lignes de fabrication du silicium et la conception de nouveaux circuits semi-conducteurs, storAIge s’intéresse à la nouvelle conception des méthodologies et des outils pour faciliter l’exploitation de ces nœuds technologiques avancés que sont les microcontrôleurs ayant des capacités d’IA. Des activités seront menées pour mettre en place un niveau de sécurité et de sûreté solide et adéquat dans le déploiement des applications finales, en définissant et en mettant en œuvre un bon compromis entre les solutions en matière d’effort de développement matériel et logiciel pour accélérer son adoption pour des applications de grand volume.

La chaire éthique & IA a été sollicitée par son partenaire industriel ST Microelectronics, et contribuera à ce projet avec un apport portant sur :

« Quels usages de l’intelligence artificielle dans les systèmes techniques complexes : enjeux organisationnels, sociaux, politiques et éthiques ? »

Avec l’augmentation des capacités de calcul, l’intelligence artificielle en effet connait actuellement un important engouement dans des domaines variés d’application. Les concepteurs de systèmes techniques aussi diversifiés que les automobiles, les trains, les équipements ménagers, les procédés industriels, s’interrogent sur les usages possibles de cette technologie pour répondre à des besoins de pilotage automatisé et de maintenance. La possibilité d’intégrer des capacités d’apprentissage dans des composants électroniques autonomes ouvrirait de nouvelles potentialités d’automatisation décentralisée, lesquelles ne seraient pas sans incidence sur les activités humaines en relation avec ces systèmes techniques, avec d’importants enjeux de fiabilité et de sécurité, mais aussi d’organisation, de compétences et d’emploi.

L’apport de la chaire s’inscrit d’abord en sociologie des techniques et cherchera à investiguer les ambitions techniques et sociétales des promoteurs de ces technologies, les représentations des usages potentiels. Il a pour ambition de provoquer un dialogue entre la sociologie des techniques et la philosophie appliquée. Il s’agira de mettre en évidence les raisonnements qui permettent de qualifier sur le plan éthique et politique les situations nouvelles créées par la diffusion de ces technologies. Par exemple, comment pourra-t-on répartir les responsabilités en cas de défaillance de systèmes sociotechniques, alors que l’intelligence artificielle est impliquée ?

Membres de la chaire éthique & IA impliqués dans cette action :

Thomas Reverdy , contributeur de la chaire, maître de conférence HDR de sociologie Grenoble INP Génie Industriel. Il est chercheur permanent à PACTE. Il a mené plusieurs recherches en sociologie sur des projets d’implantation de nouvelles technologies dans un contexte industriel. Il conduit actuellement un programme de recherche sur la digitalisation de l’organisation industrielle et ses effets.

Thierry Ménissier, directeur de la chaire.