loader image

Séminaire sur la gouvernementalité algorithmique

Santé, innovation et autonomie : les subjectivités corporelles à l’ère de la gouvernementalité algorithmique

24 octobre 2023

Università Federico II, Napoli.

Résumé de l’intervention

Notre intervention se propose d’analyser le déploiement massif des dispositifs d’intelligence artificielle et numérique dans le domaine de la santé via des implants connectés et monitorés. Notre hypothèse est que ce déploiement redéfinit les rapports de pouvoir dans le secteur de la santé, en particulier relatifs à la gestion du corps des patients, et qu’il modifie les concepts hérités : autorité médicale, normes de santé, autonomie des patients.
Nous présenterons dans un premier temps les résultats de plusieurs études en cours. Ces projets de recherche partenariaux ambitionnent le développement de méthodologies dites de co-design car impliquant l’ensemble des parties prenantes. Le co-design orchestré par l’équipe en sciences humaines et sociales est chargé de définir les conditions de la recevabilité des dispositifs médicaux implantés selon chaque type de parties prenantes (chercheurs, médecins, patients, investisseurs, ingénieurs, patients, famille, soignants).


A un premier niveau, le travail de modélisation des conditions de la recevabilité (intégrant l’acceptance, la désirabilité, l’acceptabilité) met en exergue deux visions de la gouvernance de l’innovation algorithmique incompatibles : une conception techno-déterministe, partagée et non négociable car conditionnée par les financeurs publics et privés ; une vision participative redéfinissant les rapports de pouvoirs entre acteurs humains et non humains.


A un autre niveau, se joue une nouvelle partition entre normes de santé et normes technologiques, qui peut bouleverser les rapports de pouvoir et faire courir le risque d’une perte de contrôle des professionnels de soin, au profit de situations de gouvernementalité algorithmique.


Sur les deux niveaux, les dispositifs d’innovation en santé via des implantés connectés et monitorés (implants cardiaques par exemples) encapacitent potentiellement le patient désireux de s’approprier ses données de santé. Ils contribuent à créer une nouvelle forme de rapport à soi. La subjectivité corporelle émerge d’un accès à des données jusque-là uniquement lisibles et compréhensibles par les médecins redéfinit la relation hiérarchique historiquement installée.


Aussi, nous observerons dans un second temps que le déploiement des innovations demande une acculturation réciproque des acteurs, en termes de partage de connaissances, de travail d’échange et de négociation des besoins des différents types d’acteurs impliqués. Cette formation à l’éthique de la discussion n’est pas à ce jour au cœur des formations de la chaine des acteurs de l’innovation. De plus le paradigme de la co-conception des implants corporels implique de redéfinir les périmètres de la subjectivité corporelle (intime/extime, intérieur/extérieur, communication intra- et inter-corporelle, communication intra-somatique). Comment, dans ce contexte particulier de gouvernementalité algorithmique, parvenir à une nouvelle forme d’autonomie des patients ? Et quelles formes peut prendre la gouvernance participative de l’IA dans le domaine de la santé augmentée ?

Fabienne Martin-Juchat è Professoressa ordinaria di Scienze dell’informazione e della comunicazione all’Università di Grenoble Alpes. Ha conseguito un dottorato in scienze del linguaggio, specializzandosi nell’analisi delle pratiche sociali che includono l’uso del corpo e delle emozioni. Sviluppa un approccio antropologico alla comunicazione corporea ed emotiva mediata dalla tecnologia. È responsabile scientifica di un programma di ricerca che include nuove metodologie come UX Design. Dal 2019 contribuisce alla ricerca condotta nella cattedra Etica (MIAI Grenoble). Coordina dal 2021 il LABCOM MeetUX (finanzato dall’Agence Nationale pour la Recherche), una piattaforma per l’innovazione attraverso l’esperienza dell’utente a distanza. Dal 2022 è co-direttrice del progetto MyHealthCompanion (finanzato dal programma nazionale Grenoble Initiative d’Excellence).

Le sue pubblicazioni includono :

  • Aurélia Dumas, Fabienne Martin-Juchat, Les communications affectives en organisations, Bruxelles, De Boeck, 2022.
  • Niklas Henke, Fabienne Martin-Juchat, “The Design Turn for the Management of Public Relations: Emerging Challenges for Communication Professions », Journal for Communication Studies, Volume 14, 2022, Issue 2 (28), pp. 153-170.
  • Fabienne Martin-Juchat, “Religions, Technologies, and Civilisations: Neo-animism of the Internet of Things in Connected Societies”, Social Media Archaeology from Theory to Practice, MacroWorld, 2021, pp.41-61.
  • Fabienne Martin-Juchat, « Sur le néo-animisme technologique à l’ère de l’engouement pour l’IA », Quaderni. Communication, Technologies, Pouvoir, 2021, n°105, p 53-72.
  • Fabienne Martin-Juchat, L’aventure du corps. Une voie vers l’émancipation, Grenoble, PUG, 2020
  • Fabienne Martin-Juchat, Adrian Staii (dir.), L’industrialisation des émotions. Vers une radicalisation de la modernité ? Paris, L’Harmattan, 2016.

Thierry Ménissier è professore ordinario di Filosofia politica all’Università di Grenoble Alpes. Attualmente è direttore scientifico di due programmi: la cattedra « Ethics & AI » presso l’Istituto multidisciplinare per l’intelligenza artificiale di Grenoble (MIAI, ANR PIA, 2019-2023) e il progetto TiQuA (Tools for Interdisciplinarity in QuantAlps, IDEX UGA, 2022-2025). Il suo lavoro esamina i modi in cui le nuove tecnologie modificano i concetti ereditati dalla filosofia etica e politica moderna (autonomia, responsabilità, autorità), nel contesto del cambiamento ambientale e climatico.

Alcune pubblicazioni recenti:

  • Ménissier, T. (2023), « Les quatre éthiques de l’intelligence artificielle », Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 17-2 | 2023. https://doi.org/10.4000/rac.29961
  • Ménissier, T. (2022), dir., « IA, raison et mystère », Quaderni, n°105, 2022. https://www.cairn.info/revue-quaderni-2022-1.htm
  • Ménissier, T. (2022), « Innovation, from consumption to reinvention of socialization », Philosophy & Technology, 35, https://doi.org/10.1007/s13347-022-00563-x
  • Ménissier, T. (2022), « La servitù volontaria nella società algoritmica », Filosofia politica, 1/2022, p. 85-100. https://www.rivisteweb.it/doi/10.1416/103436
  • Ménissier, T. (2022), « Jusqu’où l’institution peut-elle être augmentée ? Pour une éthique publique de l’IA », Communication, Technologies, Pouvoir, 2022/01, n°105, p. 73-88. https://doi.org/10.4000/quaderni.2234
  • Ménissier, T. (2021), dir., « Ethique, politique, philosophie des techniques», Revue de philosophie contemporaine, n°1-2021, Librairie Philosophique J. Vrin, ISBN 978-2-7116-8425-0.
  • Ménissier, T. (2021), Une enquête philosophique, Paris, Editions Hermann, 2021, 272 pp. ISBN-13 ‏ : ‎ 979-1037006172

Programme